AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [OS]You're my medicine

Aller en bas 
AuteurMessage
Ana
Newbie.
avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 24/06/2011
Localisation : Sur les genoux de mon Jae <3

MessageSujet: [OS]You're my medicine   Ven 16 Sep - 10:56

Auteur : Encore moi <3
Rating : G.
Genre : Romance, angst, song-fic.
Couple : JongKey
Disclaimer : Aucun personnage n'est à moi, ils s'appartiennet tous. La chanson non plus. En revanche, la traduction est de moi. Mais c'est une traduction d'une traduction, donc je ne garantis pas l'exactitude.
Résumé : uc
Note : J'aurais bien eu besoin d'une bêta sur le coup. Donc hésitez surtout pas à me pointer du doigt les trucs qui vont pas.
Les points de vue sont volontairement entremêlés sans vraiment de précision. C'est voulu. Pas que je veuille vous compliquer la vie, mais je l'ai écrit comme ça. Je prends les paris sur qui est qui XD
Je l'ai écrit de façon à ce que la chanson apporte quelque chose au texte, donc si vous voulez l'image d'ensemble, prêtez-y attention. Je conseille l'écoute de la chanson en même temps, cliquez sur le titre !
(Au risque d'insister, à ma connaissance aucun événement ci-dessous n'a réellement eu lieu.)




Na~ nanana~ na~ nanana~
Na~ nanana~ na~ nanana~

Est-ce le son de la pluie ou de mon coeur ?
Est-ce de la musique ou le son de mes pleurs ?
Est-ce la pluie ou est-ce des larmes ?
Est-ce du brouillard ou mes soupirs ?

Maintenant une partie de mon fantasme est brisé
Mon amour est réduit à une poignée de souvenirs


C'était la fin de la chanson. Ils étaient tous alignés sur le devant de la scène, proches les uns des autres.
La dernière note se fait entendre. Ils savent qu'ils ont précisément 30 secondes avant que les lumières ne s'éteignent et qu'ils doivent évacuer la scène dans le noir le plus complet. Alors, brillants de sueur mais éblouissants de bonheur, ils décident de passer cette demie-minute à remercier leurs fans, saluer le public et leur faire des signes de la main.
Kibum compte dans sa tête et, une fois arrivé à 20, il se tourne vers son voisin et avance vers lui. Et encore. Et encore. Jusqu'à ce que leurs nez se touchent presque. Jonghyun le regarde, craignant de connaître son intention, mais trop heureux et fatigué pour essayer de contrecarer les plans du tout-puissant Key.
Les lumières s'éteignent sur les hurlements des fans, alors qu'ils ferment les yeux.

Kibum embrassa Jonghyun devant des centaines de personnes, dans les ténèbres régnant sur scène.
Les cris résonnaient, ils étaient collants et essouflés, ce "fan-service" n'était pas prévu, ils devaient descendre de la scène, il allait se faire engueuler...
Mais il n'en avait cure. Il était heureux. Il était amoureux.

Même si je veux remonter le temps, je m'en empêche
La puanteur de ma fierté m'empêche d'avancer
Les larmes tombent dans mon verre froid
Comme mon coeur réduit en cendres


Un autre verre de soju. Il a perdu le compte depuis un moment maintenant. Les verres se succèdent et l'enchaînent. Il reste là pendant un instant à contempler son verre. Pris d'un sursaut, se demandant s'il ne devrait pas plutôt rentrer. Ne serait-ce que pour épargner à son leader de devoir couvrir ses erreurs et sa gueule de bois le lendemain. Ou est-ce aujourd'hui ? Il ne sait plus vraiment. Des gouttes tombent, transparentes et silencieuse, dans son verre.
Il avale d'un trait le liquide. S'en ressert immédiatement un autre verre. Il sera toujours temps de demander pardon à Onew après.

Le ciel est noir (les beaux rêves)
La fleur fanée du jardin
(C'est) Comme mettre un (oiseau) coureur dans une bouteille

Les derniers liens s'éparpillent alors que je marche sur le chemin de la séparation
Sans que personne ne le sache, je ferme les portes de mon coeur
Mes pieds ont parcouru un dangereux chemin
Maintenant ils veulent se reposer
Quand mes pas amoureux traversent la séparation
Je ne sais pas si je devrais m'arrêter ou te suivre et partir


Il était tard. Les gens étaient confortablement installés dans leurs lits. Tout était calme. Excepté un certain appartement.
- Kim Kibum ! Reviens ici ! Je peux savoir ce que tu me reproches exactement ?
Un rire jaune lui répondit.
- Je te reproche de l'avoir embrassée !
Ils se faisaient face au milieu du salon, bien campés sur leurs deux jambes, les poings serrés et les traits fermés, comme prêts au combat. Leurs dongsaengs s'étaient retranchés dans un coin de la pièce, complètement déroutés par cette scène peu habituelle. Leur leader les observait, essayant furieusement de résoudre les équations qui se bosuculaient dans sa tête.
- Venant de la personne qui a couché avec la moitié de l'agence, je dois dire que ça ne me fait ni chaud ni froid !
Mais tout cela, ils n'en avaient plus vraiment conscience. Ils étaient enfermés dans leur petite bulle de rancoeur et de colère.
- Je ne drague pas tout ce qui bouge moi au moins !
- C'est vrai que coucher avec tout un chacun, c'est beaucoup mieux !
- Je ne vois pas en quoi ça te concerne !
- Tu n'as pas non plus à t'occupper de qui je drague ou non !

Il savait bien qu'il n'avait rien à dire à Jonghyun, que cette dispute n'avait pas lieu d'être. Mais il n'avait pas pu s'empêcher d'être en colère contre lui quand il l'avait vu embrasser cette fille.
C'est Jinki, ayant solutionné son problème, qui le sauva de l'embarras d'une réponse.
- Ca suffit ! Vous faites peur aux enfants.
Ce qui eut un effet radical et immédiat sur Kibum. Il ravala sa colère, se détourna et annonça qu'il allait se coucher.

Non, ne pars pas s'il te plaît
(Non, s'il te plaît ne pars pas, tu es mon remède)
Tu es mon remède
(Ca fait mal, ça fait mal, j'ai tellement mal)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)

Une nuit que je me retournais dans mon lit à cause de la douleur
J'ai regardé les étoiles bleues à travers ma fenêtre
Alors que je m'assoupissais, j'appellai doucement ce nom
Et je crois que je te trouverai de nouveau


Une nuit sans lune. Un appartement anonyme. Dans le lit deux formes allongées côte à côte. L'un, épuisé, dort profondément, apaisé par la présence de l'homme à ses côtés. Homme qui ne peut dormir malgré toute la fatigue du monde.
Ne voulant pas réveiller son voisin à force de se retourner, il se lève et enfile un pantalon. Il va dans le salon, ouvre la fenêtre, cherche le réconfort de l'air frais sur son visage et des étoiles. Mais même cela lui est refusé. La ville produit trop de lumière, même au coeur de la nuit. Dépité, il referme la fenêtre et part se blottir sur le canapé.

Quand le deuxième dormeur se réveilla et partit à la recherche de son amant, il le trouva profondément endormit sur le canapé.
Il hésita à le réveiller, mais finit par le faire, sachant qu'il s'attirerait ses foudres dans le cas contraire. Alors doucement, il alla le secouer.

Le murmure qu'il entendit à ce moment-là, il l'enferma dans le secret de son coeur.

(Rencontre quelqu'un d'autre et sois heureux)
Je ne peux rien dire de plus et à nouveau, comme une idiote
J'invente des malédictions
Les complaintes sans fin ni raison
Je suis juste une spectatrice qui dit que la séparation est un rêve

Comme la rue où je mords ma lèvre
Où que j'aille, je suis fatiguée
Comme une personne tombée dans les profondeurs des abysses
J'essaye encore plus fort de m'en sortir
Je t'abandonne dans la forêt du temps
Je ne sais pas si je pleure ou si je ris

Non, s'il te plaît ne pars pas
(Non, s'il te plaît ne pars pas, tu es mon remède)
Tu es mon remède
(Ca fait mal, ça fait mal, j'ai tellement mal)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)

Est-ce le son de la pluie ou de mon coeur ?
Est-ce de la musique ou le son de mes pleurs ?

Il devient difficile de ne serait-ce que bouger un doigt
Alors même que je me tiens contre un mur dépourvu de tout espoir
Je deviens pitoyable comme une enfant qui essaye misérablement de parler avec ses yeux
Est-ce que j'arriverai à me lever quand cette pluie aura cesser de tomber ?
Mes lèvres qui était douces ont brûlé
Des fois j'erre sans but dans mon rêve
Seras-tu dans mes craintives pupilles ?

Mon maquillage noir coule
La musique m'est nécessaire c'est un anesthésique
"Ne pense pas à moi et porte-toi bien"
Ca se répand en moi
Si quelqu'un me demandait si ce son est un son de pleurs
Je ne sais pas si je devrais acquiescer ou secouer la tête

Est-ce la pluie ou est-ce des larmes ?
Est-ce du brouillard ou mes soupirs ?

Non, s'il te plaît ne pars pas
(Non, s'il te plaît ne pars pas, tu es mon remède)
Tu es mon remède
(Ca fait mal, ça fait mal, j'ai tellement mal)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Non, s'il te plaît ne pars pas, tu es mon remède
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Non, s'il te plaît ne pars pas, tu es mon remède
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Non, s'il te plaît ne pars pas, tu es mon remède
Ca fait mal, ça fait mal (nana)
Ca fait mal, ça fait mal (nana)


Je reste là, seul, accablé par la douleur. Où es-tu ? Tu sais qu'à chaque fois que j'ai mal, tu viens vers moi. Je ne sais pas comment tu fais. Ne l'ai jamais su. Ce doit être une sorte de don.
Il pleut je crois. Je ne sais pas trop. Mais tout est flou devant mes yeux. Alors ça doit être ça non ? Et ce bruit que j'entends, je suis sûr que c'est de la musique. Est-ce toi qui est en train de chanter, là ? J'ai du mal à savoir, on dirait que tout les sons sont étouffés. Couverts par le bruit de cette pluie qui tombe.
Tu vois, je savais qu'il pleuvait. Mes doigts sont pleins du noir qui coule sur mes joues. Mon tee-shirt commence à être mouillé. Et je deviens sourd à cause du bruit. Est-ce le tonnerre qui arrive ? Mon coeur bat en rythme. Alors peut-être que c'est de la batterie ?

- Tu pleures honey ?
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/#!/MegumiAna
Mayaa
D O N G H O L I C ♠
avatar

Messages : 829
Date d'inscription : 29/04/2011
Age : 23
Localisation : Xanderland ☼

MessageSujet: Re: [OS]You're my medicine   Ven 14 Oct - 21:27

Citation :
Il sera toujours temps de demander pardon à Onew après
Bordel, c'est peut-être con, mais cette phrase, juste celle-là.. J'aurais pu verser toutes les larmes de mon corps dessus. Je sais même pas pourquoi. Parce qu'il y a pleins de choses dedans, en si peu de mots. Sûrement. Et puis, ça m'a donné envie d'écrire sur SHINee, par une opération du Saint Esprit que j'ai pas trop compris non plus, tant pis.
En tout cas, ce texte est magnifique. Je regrette de ne le lire que maintenant, si tu savais. Et ça me déçoit de voir qu'il n'y a aucun commentaire sur un chef-d'oeuvre pareil. Je crois vraiment que c'est le texte de toi que je préfère jusqu'à maintenant.
Merci pour tout. ♥

_________________
S O M E D A Y
The past is the past is the past
지난 기억은 이제 그만
It's the past
Revenir en haut Aller en bas
Ana
Newbie.
avatar

Messages : 318
Date d'inscription : 24/06/2011
Localisation : Sur les genoux de mon Jae <3

MessageSujet: Re: [OS]You're my medicine   Jeu 10 Nov - 7:55

(Je viens de me souvenir que je n'avais toujours pas répondu -__-")
Je vais te dire un secret : rétrospectivement, j'en suis assez fière. Il m'a vraiment causé du souci en plus ^^
Et puis si en plus je t'ai donné envie d'écrire !!
Merci infiniment <3
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/#!/MegumiAna
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [OS]You're my medicine   

Revenir en haut Aller en bas
 
[OS]You're my medicine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La radiographie
» MEDICINE DOUCE, FLEURS DE BACH, ETC...
» Alternative Medicine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Shinee-
Sauter vers: